département de la haute-loire

Portrait départemental : La Haute-Loire

Située en zone de montagne, la Haute-Loire est un département rural et faiblement peuplé.

Il est le 2e département le moins peuplé de la région après le Cantal, mais en croissance. Touché par la crise économique de 2008, l’emploi du département a retrouvé un même niveau en 2017 avec notamment le maintien d'une forte spécialisation dans l’industrie et de l’agriculture. Le taux de chômage y est plus faible qu’en moyenne régionale.

Publication : Février 2021

Une dynamique démographique liée aux flux migratoires

La population de Haute-Loire croît moins vite qu’en région. Le seul moteur de la croissance démographique du département est l’excédent des arrivées sur les départs, observé le long des principaux axes routiers (N88 et N102).

Les jeunes du département, moins nombreux en proportion qu’en région, occupent plus souvent un emploi et leur taux de pauvreté est plus faible.

Haute-Loire chiffres cles de la population
Transcription texte
227 300 habitants en 2016. La Haute-Loire est le 2e département le moins peuplé de la région (2,9% de la population régionale). Entre 2011 et 2016, le nombre d'habitants a augmenté en moyenne de +0,2%/an (+0,7% en région).

 

Une économie tournée vers l’agriculture et l’industrie

Le tissu économique de la Haute-Loire se démarque de la région par la forte présence de l’agriculture (spécialisée dans l’élevage et la culture) et de l’industrie. Il est à noter que la Haute-Loire est le 8e département français le plus industrialisé de France grâce à :

  •  la fabrication de produits en caoutchouc et en plastique (Michelin, Barbier, etc.) ;
  • l’industrie du cuir et de la chaussure et la fabrication de textiles (Satab, la Maroquinerie du Puy ou Seram) ;
  • les industries alimentaires avec la transformation et la conservation de viande ainsi que la fabrication de produits laitiers ;
  • le travail du bois et l’industrie du papier-carton (2e département de la région pour la récolte de bois).

Infographie Top des secteurs employeurs dans l'Ain
Transcription texte
Le top 5 des principaux secteurs employeurs dans la Haute-Loire est : 1-Commerce 12%, 2-Action sociale 11,9%, 3-Administration publique 10,1%, 4-Enseignement 8,9%, 5-Santé humaine 7,2%. Source : INSEE - CLAP 2015 en secteurs d'activités A38.

Les services (marchands et non marchands) sont majoritaires dans le tissu économique du département mais sont moins représentés qu’en région. Parmi les secteurs qui emploient le plus de personnes, l’action sociale et la santé humaine marquent une spécificité du département. Ces activités, plus présentes en Haute-Loire que dans l’ensemble de la région, répondent aux besoins d’une population vieillissante et rurale.

infographie Les secteurs davantage représentés
Transcription texte
Les secteurs davantage représentés dans la Haute-Loire qu’en région sont : Fabrication de produits en caoutchouc et en plastique, Industrie du cuir et de la chaussure et fabrication de textiles, Industries alimentaires, Travail du bois et industrie du papier-carton. Source : INSEE - CLAP 2015 en secteurs d'activités A88.

 

Une reprise progressive de l’emploi depuis la crise économique de 2008

Depuis la crise économique de 2008, l’emploi en Haute-Loire progresse mais moins vite qu’au niveau régional. Il ne retrouve son niveau d’avant-crise qu’en 2017. Les secteurs de l’industrie et de l’agriculture ont été particulièrement touchés.

Les chiffres clés de l'emploi et metiers
Transcription texte
En 2017, 81 850 personnes étaient en situation d'emploi (2% de l'emploi régional). L'emploi a augmenté de +1,5% entre 2007 et 2017 (+5,1% en région).

Le classement des principaux métiers présents en Haute-Loire se différencie du classement régional par la présence des métiers de l’agriculture et des aides-soignants.

Les métiers spécifiques, quant à eux, relèvent plus souvent de l’agriculture et de l’industrie.

Les chiffres clés de l'emploi et metiers
Transcription texte
En 2016, le top 5 des principaux métiers dans la Haute-Loire étaient : 1-Agriculteurs/Eleveurs/ sylviculteurs/bûcherons 6,2%, 2-Agents d'entretien 5,6%, 3-Enseignants ,4,4%, 4-Aides-soignants 4%, 5-Conducteurs de véhicule 3,3%. Source : INSEE - RP 2016 au lieu de travail en FAP 87.

Les chiffres clés de l'emploi et metiers
Transcription texte
En 2016, le top 5 des métiers spécifiques dans la Haute-Loire étaient : 1-Agriculteurs/éleveurs/sylviculteurs/bûcherons, 2-Métiers des matériaux souples/bois/industries graphiques, 3-Métiers des industries de process, 4-Ouvriers travaillant par enlèvement ou formatage de métal, 5-Aides-soignants. Source : INSEE - RP 2016 au lieu de travail en FAP 87.

* plus représentés dans la Haute-Loire que sur l’ensemble du territoire régional.

Côté marché du travail, avant même la crise sanitaire de la Covid-19, les perspectives de recrutements étaient limitées en Haute-Loire. Les métiers les plus recherchés relevaient de la restauration et de l’hôtellerie, de l’agriculture, des aides-soignants et des infirmiers.

La majorité des apprenants suit une formation de niveau CAP-BEP ou Bac

En termes de niveau de formation, une grande majorité des apprenants en formation initiale en Haute-Loire suivent une formation de niveaux CAP-BEP ou Bac (82% contre 52% en région). L’offre de formation supérieure est peu développée sur le territoire et ne porte que sur le 1er cycle.

Quant à l’enseignement professionnel, les domaines de formation qui regroupent les plus gros effectifs sont : les services à la personne (avec près de ¾ des inscrits dans la santé et les spécialités sanitaires et sociales), les transformations (notamment l’agroalimentaire, l’alimentation, la cuisine) et la mécanique, l'électricité et l'électronique.

Concernant la formation continue des demandeurs d'emploi, les formations professionnalisantes sont légèrement plus représentées.

infographie les chiffres clés de la formation dans l'Ain
Transcription texte
Durant l’année scolaire 2017-2018, le département comptait 11 235 apprenants en formation initiale (1,8% de l'effectif régional) 3 030 demandeurs d'emploi sont entrés en formation entre avril 2018 et mars 2019 (3,5% de l'effectif régional).